Rubrique Collections... Rubrique Collections... Rubrique Catalogue... Rubrique Autour de nos disques... Rubrique Points de vente... Rubrique Oui-Dire Editons...
 
     0/3 ans
     à partir de 4 ans
     à partir de 6 ans
     à partir de 8 ans
     ados et adultes

   
 
 
 
 
 
 
 
 

     Catalogue

     Classement des CD par âge

     Bon de commande

inscription cours SSS


 

 

A la suite du succès international d’ « Oriental Voyage » et du formidable accueil du public lors des concerts donnĂ©s en Europe, aux Etats-Unis, en Afrique du Sud et au Mexique, le voyage musical se poursuit en compagnie d’Abaji. Le nomade musicien nous prĂ©sente avec virtuositĂ© ses racines libanaises, syriennes, armĂ©niennes, turques et grecques. Tout comme les nomades, Abaji est un extraordinaire dĂ©chiffreur de traces. Il est profondĂ©ment Ă  l’écoute de ses instruments habitĂ©s d’histoires comme par exemple sa très ancienne guitare Ă  double manche ou encore le saxophone colombien en bambou. Il nous offre des sonoritĂ©s absolument uniques sur le sitar-guitare construit tout spĂ©cialement pour lui et qu’il joue avec l’archet, le transformant ainsi en violon oriental. Avec sa profonde voix rauque, il chante ses poèmes en arabe sur quelques morceaux.

- Consulter ses CD

site : http://www.abaji.net/

1988-1999 Elle suit une formation d’enseignement dramatique à Paris auprès de professeurs de l’Ecole Jacques Lecoq, du Théâtre des Cinquante et du Cours Raymond Girard, puis travaille avec différentes compagnies. En 1997 elle s’installe dans la région de Grenoble où elle découvre la pratique du Conte.

2000-2002 Après avoir suivi une formation à Chevilly La Rue (La Maison du Conte) sur le Répertoire avec Muriel Bloch, elle se forme auprès de Didier Kowarsky et Carole Gonsolin. Elle rejoint alors l’équipe professionnelle des conteurs du Centre des Arts du Récit en Isère.

2003 Elle fonde sa compagnie à Grenoble avec Marie-Christine Bras et crée son premier spectacle.

2004-2006 La compagnie poursuit son travail de crĂ©ation, de diffusion et met en place des projets avec de nouveaux partenaires artistiques, culturels et Ă©ducatifs, tels que : Le Centre hospitalier de Saint Egrève, l’Espace 600, le Collège Vercors, l’Hexagone de Meylan, le rĂ©seau des bibliothèque de Bourg en Bresse…tout en continuant Ă  travailler rĂ©gulièrement avec Le Centre des Arts du RĂ©cit. Les spectacles sont accueillis dans de nombreuses villes et festivals donnant lieu le plus souvent Ă  de nouveaux partenariats. La Cie invite rĂ©gulièrement d’autres artistes (metteur en scène, vidĂ©aste, scĂ©nographe, plasticien, musicien, conteur, ...) Ă  collaborer sur des projets ou des crĂ©ations.

2007 création du projet Petits arrangements avec la vie. La compagnie est soutenue par le Conseil Général de l’Isère et la Région Rhône-Alpes.

2008 Jennifer Anderson rencontre Caroline Heysch, historienne. En septembre, elles décident d’ouvrir un petit lieu de travail et de recherche sur Grenoble, dédié à la mémoire contemporaine où la vie, la science et l’art se questionnent.

site : http://www.compagnie-ithere.com

Sa musique s’articule autour de la contrebasse : Les arrangements sont rĂ©alisĂ©s avec des sons provenant de cette imposante « grand-mère », ils s’empilent, se mĂ©langent, s’accordent, se font discrets ou envahissants, complices ou rivaux.

De tout cela émane une musique riche de ritournelles, de bruitages et de mélodies que nous découvrirons dans l’univers singulier de la P’tite Juju.

Originaire de la Creuse, c’est à Toulouse que Rémi part mener de front des études supérieures et des études musicales. Mais, son diplôme de Sciences Po en poche, c’est au conservatoire et dans les salles de concert qu’il poursuit sa route. Dès lors, il n’a de cesse d’aiguiser sa curiosité en faisant sonner sa basse et sa contrebasse dans des univers musicaux très hétéroclites, allant du flamenco au jazz en passant par le funk, la world music et la chanson française. Tous ces chemins le conduisent à s’installer à Paris en 2002. Le choix est concluant. Il s’ouvre alors au monde du cirque puis dans un deuxième temps, aux contes et au cinéma. Riche de toutes ces expériences il compose, arrange, cherche perpétuellement des nouvelles façons de faire sonner sa contrebasse afin de créer a chaque fois un nouvel univers musical

site : http://remiauclair.club.fr

Elève chez Lecoq et comĂ©dien chez Vilar, Philippe Avron se frotte dès le dĂ©but de sa carrière Ă  l’école du cabaret avec Claude Evrard. Il investit aussi le rĂ©pertoire classique en jouant Shakespeare, Molière ou encore Brecht. En parallèle, il monte des one man show comme « Pierrot d’Asnières » ou « Je suis un saumon » lequel sera rĂ©compensĂ© par un Molière en 1999.

Discographie
collection A la marge
Je suis un saumon

- Consulter ses CD

site : http://www.philippeavron.com

Néfissa Bénouniche sait nous faire aimer les histoires étranges, venues d’un temps que l’on croyait perdu, celui des mythes fondateurs. Ces histoires là ne flattent ni notre raison, ni notre bon sens, mais c’est pourtant dans ces profondeurs hypnotiques que se révèle notre humanité sauvage et merveilleusement rebelle.

Gourmande et forcĂ©ment dĂ©calĂ©e, NĂ©fissa Benouniche est une incorrigible bavarde d’origine algĂ©rienne qui garde de son pays un goĂ»t irrĂ©sistible pour les mĂ©langes insolites de saveurs, et une question tĂŞtue sur les identitĂ©s culturelles.

La seule chose qui ne change pas, c’est le changement. NĂ©fissa BĂ©nouniche est une adepte de la courbe. Peut-ĂŞtre parce qu’elle naĂ®t dans la mouvance d’une AlgĂ©rie en pleine guerre d’indĂ©pendance. Elle zigzague entre deux langues, deux cultures, deux fidĂ©litĂ©s. L’errance lui est nĂ©cessitĂ©, elle se trompe de voie afin de mieux trouver sa route. Enfant, elle rĂŞve de devenir clown. Adulte, elle pratique l’architecture. VoilĂ  qui lui donne le goĂ»t de la forme, des glissements de formes. Elle change sans cesse d’Ă©chelle, rĂ©alise bijoux et dessins, danse africain et pratique les arts martiaux. Tout lui semble bon Ă  expĂ©rimenter, Ă  dĂ©couvrir.

Un festival rĂ©unit des conteurs Ă  Genève oĂą des conteurs francophones racontent des histoires arabes, turques et chinoises. Son enthousiasme est Ă  son comble : encore des inversions de perspectives, des rapprochements fulgurants. Dans le cadre du « mouvement des conteurs genevois », elle a la chance de rencontrer J. Court. Avec cette irrĂ©sistible et malicieuse militante de la parole, elle fait ses dĂ©buts dans le conte et sur la scène. Ensemble, elles s’attaquent classiquement aux grands classiques : Mille et une nuits, DecamĂ©ron, les contes d’Afanassiev.

Plus tard, lorsqu’elle croise la route de J. Lopez Palacio (brillant chanteur colombien, musicien et ethnomusicologue des traditions amĂ©rindiennes), c’est le monde amazonien, ses mythes et ses matières sonores qui s’ouvrent. En trio avec J. Lopez, et S. Blasco elle crĂ©era un spectacle onirique : "l’Ă©popĂ©e de Naimbo" oĂą chants, musiques amĂ©rindiennes danses et paroles amazoniennes se rĂ©pondent, se confondent. VoilĂ  qui la conduit tout naturellement Ă  s’intĂ©resser aux passages entre la parole contĂ©e et la parole chantĂ©e. Alors elle approfondit ces domaines avec J. Porcherot (conteur), J. Clark (Roy Art Theatre), R. Zosso (spĂ©cialiste du chant mĂ©diĂ©val), et rencontre E. Girardon une des ferventes championnes du monde de la musique traditionnelle française avec qui elle dĂ©couvre la richesse de ce rĂ©pertoire, et sa modernitĂ©. Elle incarnera les bergères dans "Laissez faire", fera chanter le public dans "Laissez chanter", deux spectacles polyphoniques d’E. Girardon, et deviendra arbre baladeur dans une crĂ©ation commune pour enfants "le son de mon arbre".

Elle fait l’expĂ©rience du mĂ©lange des genres dans "langue rappeuse", un spectacle mis en scène par C. Gaillard, oĂą un conte russe se tricote avec rap et hip hop, du mixage des cultures dans le "caravansĂ©rail des conteurs, ce voyage imaginaire de dix conteurs menĂ© par H. KouyatĂ© et J. Darwiche. Lorsqu’elle quitte les spectacles pluriels pour des solos, elle prĂ©fère un monde oral sombre, sobre, ramassĂ©, tendu, concis, Ă©clectique, sensuel, cruel et pudique.

NĂ©fissa Benouniche reste fidèle Ă  ses contradictions et Ă  ses paradoxes, parle français puisque sa langue maternelle l’a oubliĂ©e et investit des textes d’ailleurs. Si elle montre un appĂ©tit aiguisĂ© pour la rencontre des paroles c’est que les contes sont riches en invariants d’une culture Ă  l’autre. Alors on ne sera pas Ă©tonnĂ© de croiser chez cette conteuse des histoires AmĂ©rindiennes, Kabyles, Inuits, Arabes, Japonaises… tout comme des chants traditionnels dans des langues que plus personne ne caresse.

Discographie
collection Contes d’auteurs
Caravansérail des conteurs (2006)

collection La puce Ă  l’oreille
Sorcières, Ogresses et mauvaises Fées (2006)

RĂ©pertoire
Contes traditionnels tirĂ©s de diverses cultures : arabe, persane, maghrĂ©bine, japonaise, amĂ©rindienne, russe, inuit..
Ecriture personnelle : Le son de mon arbre, (en collaboration avec E. Girardon).

Public de prédilection
Ados, Adultes. Enfants Ă  partir de 8ans.

Spectacles de contes
"Langue rappeuse", "Contes de l’Ogresse", "EpopĂ©e de Naimbo", "Nuits : cinq d’entre elles", "Le diable au coeur", " Tiguipadit", "Son de mon arbre", "CaravansĂ©rail des conteurs", "S. exotiquies .S"

Spectacles de chant polyphonique
"Laissez Faire et Laissez Dire", "Laissez chanter qui voudra"

- Consulter ses CD


Violoniste formée au conservatoire, un détour par l’audiovisuel me ramène à la musique. Je redécouvre alors le son de mon violon pour une autre approche de la musique, détachée de son carcan.

De rencontres en écoutes, la musique devient une école de l’exigence, liberté trouvée dans l’exploration de l’univers musical, avec une soif d’expériences nouvelles. C’est en 1997, à travers la création du groupe KORDEVAN, qui fonctionne en écriture collective, que je trouve un espace privilégié pour développer mes rêves musicaux. Posant les notes tels des arômes, c’est une écriture délicate, frôlant la fragilité, qui s’exprime.

Discographie
Plein chant - avec GĂ©rard Pierron 2006. Harmonia Mundi.
Une idée de bleu - 2006
Le rĂŞve de Suzanne - 2003
KORDEVAN
Norbert Pignol, solo


Irlandais d’origine, QuĂ©bĂ©cois d’adoption , conteur depuis toujours, Mike Burns puise dans l’imaginaire de son peuple et vous apporte « nua gacha bà­ agus sean gacha dà­ » - la bouffe la plus fraĂ®che et la boisson la plus vieille - de cette corne d’abondance qu’est le conte Irlandais. Mike Burns vous amène dans son Irlande qui l’habite encore malgrĂ© ses 20 ans au Canada.

Mike Burns a grandi dans une famille de conteurs. Il conte depuis plus de quarante ans. Son répertoire est composé de légendes et de contes de sa région natale. Il conte en gaélique, en français et en anglais. Mike Burns a été invité à plusieurs reprises au Festival du conte de Toronto et à nombreuses autres festivals en Amérique du Nord, en Europe et au Moyen Orient.


Autres pages : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 |>